Journée d’étude 2020 du CRIAVS ARA

Parcours et enjeux du suivi post sentenciel :
Liens et désistance des Auteurs de Violences Sexuelles

Jeudi 12 novembre 2020 de 8h30 à 17h 
au Prisme de Seyssins (89 Avenue de Grenoble)

ENTREE LIBRE : SUR INSCRIPTION

Programme :

8h50 – 9h : Ouverture de la journée (Mme Veronique BOURRACHOT, Directrice CH-Alpes Isère et Dr Philippe VITTINI, Responsable de la délégation de Grenoble du CRIAVS ARA).

9h – 9h45 : En attente : Président de cour d’assises

9h45 – 10h20 : A corps et désaccord : les modalités spécifiques du soin en détention. ( Pr Magali RAVIT, Professeur de psychopathologie et psychologie clinique)

10h20 – 10h40 : Pause Café

10h40 – 10h50 : Discussion avec la salle

10h50 – 11h30 : Soigner les auteurs de violences sexuelles en détention : un double pari ? L’expérience de l’unité Ulysse à Fresnes. ( Dr Magali BODON BRUZEL, Psychiatre hospitalier, Chef de Pôle, Pôle patient sous main de justice – CH Paul Guiraud)

11h30 – 12h15 : Projet d’une équipe mobile territoriale pour la prise en charge des auteurs de violences sexuelles. ( Dr Guillaume VLAMYNCK, Psychiatre praticien hospitalier SMPR de Metz – UHSA Nancy – CRIAVS Lorraine)

12h15 – 12h30 : Discussion avec la salle

12h30 – 14h : Pause repas

14h – 14h45 : Le maillage Santé-Justice-Social : Un modèle multipartenarial intégré, outil de la désistance. (André CIAVALDINI, Psychanalyste (membre de la Société Psychanalytique de Paris et de l’International Psychoanalytical Association) ; Docteur en psychologie clinique et en psychopathologie …)

14h45 – 15h : Discussion avec la salle

15h – 16h : Temps de concertation pluri-professionnelle : Contenane et inter-contenance du MSJS

  • Dr Jérôme LEBAUD – Médecin coordonnateur, médecin psychiatre
  • SPIP 38 : Laurent Noyon-Collier, psychologue et M. Alain MONTIGNY, Directeur SPIP 38
  • Plateforme Référentielle de Soins aux Auteurs de Violences Sexuelles – PFR CMP des Oréades : Dr Francine SPITZ, Médecin psychiatre, Responsable PFR ; Charlotte DUBOIS, Psychologue clinicienne ; Mathilde ANNARUMMO, Infirmière.
  • Mme ROCCARO : Juge d’application des peines

16h – 16h15 : Discussion avec la salle

16h15 – 16h45 : Tristan RENARD, Sociologue

16h45 – 17h : Clôture de la journée par le Dr Sabine MOUCHET-MAGES, Médecin psychiatre, Responsable médical régional du CRIAVS Auvergne-Rhône-Alpes

**************************

ARGUMENTAIRE :

La prise en charge des Auteurs de Violences Sexuelles sous-main de justice mobilise l’auteur dans un parcours dont la temporalité et la contrainte sont fixée, mais le déroulé très peu balisé. En écho, elle met aux prises avec ces réalités et leurs dérivés les professionnels des différents champs d’interventions, ravivant potentiellement les failles contenues dans les identités professionnelles insuffisamment différenciés. En effet, du prononcé de la sentence à la fin de la mesure plusieurs professionnels de la justice, de la santé et du social, avec des missions diverses interviennent auprès de l’AVS. Ces interventions ont pour but de remobiliser l’auteur au regard du respect de la loi, d’une insertion / réinsertion sociale, mais aussi une mise au travail au travers du soin d’éléments pouvant aboutir à la désistance, chacun dans la perspective de ses missions, le tout contenu par un cadre professionnel et déontologique. Toutefois, ces missions ne sont possibles qu’au travers d’une rencontre entre les professionnels et l’auteur, mais aussi au travers d’une suffisante représentation des attente de la contrainte, du parcours et une réflexion sur le travail en réseau de cadres professionnels interconnectés. Rencontre et représentation des attentes de la contrainte qui semblent entravées d’une part par le peu de connaissance que l’auteur a du parcours attendu de lui, au-delà de la seule injonction de soin, et au regard des risque d’injonctions paradoxales connexes qui en émanent. D’autre part par la relative solitude des professionnels aux prises avec la clinique des AVS qui comme nous l’avons dit sont soumis à l’épreuve des entraves manifestes dans les situations individuelles des auteurs. Ces entraves figurent des ruptures d’enveloppe psychique et montrent la présence de production archaïque dans les productions actuelles secondarisées. C’est ainsi qu’on observe des vécus d’impuissance, des attaques du cadre thérapeutique, des clivages au sein des équipes traversées par le fantasme de contamination psychique. Nous nous proposons au cours de cette journée d’étude d’apporter des éléments de compréhension sur le prononcé de la peine, mais aussi de mettre au travail et en lien les différents moments symboliques de la prise en charge des AVS, afin de travailler collectivement à restaurer les enveloppes psychiques et sociales pour rendre la règle nécessaire et la loi suffisante. Le maillage santé justice est une façon opérationnelle de mettre au travail ces enjeux. Tout au long de cette journée différents praticiens viendront en témoigner.

Partager sur les réseaux sociaux